C’est le titre d’un colloque qui s’est déroulé à l’université Jean Moulin-Lyon 3 sous la direction de Gilles Bonnet. Comme les propositions peuvent intéresser plusieurs de nos étudiants et font partie de nos préoccupations, on vous conseille de lire les communications mises en ligne sur Fabula.org 

Voici la présentation de Gilles Bonnet :

« Les interventions, ici réunies, ont tâché de déceler les traces d’une poétique Web – emprunts et empreintes – jusques et y compris dans des œuvres littéraires contemporaines publiées exclusivement en format livre-papier. Plus que d’une remédiatisation à rebours, ou d’une modalité neuve de transmédiatisation, c’est bien d’une porosité, plurielle et mobile, qu’il s’est agi d’identifier, en envisageant une poétique numérique hors les murs, en quelque sorte. C’est alors un pan essentiel de la littérature contemporaine (à travers les œuvres de L. Mauvignier, E. Pireyre, A.-M. Garat, P. Vasset…) qui se donne à lire, identifié comme lieu de remix ou de retravail d’éléments issus de pratiques littéraires nativement numériques.

Ce colloque a bénéficié du soutien de la Commission Recherche et de la Faculté des Lettres et Civilisations de l’université Jean Moulin-Lyon 3. Merci à toute l’équipe MARGE (E.A. 3712) et tout particulièrement à F. Lozanorios. »