logo Un site Wiki pour les Étudiants de l'Université de Poitiers logo
Vous êtes ici -> PourLesL1
PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 195.83.66.71


La feuille de styles et la mise en page



Et delebo Jerusalem, sicut deleri solent tabulæ: et delens vertam, et ducam crebrius stylum super faciem ejus, "J'effacerai Jérusalem, comme on efface les tablettes; je passerai et repasserai souvent le style par-dessus, afin qu'il n'en demeure rien" (Vulgate 2R 21,13)

Eh oui, le style, avant d'être employé en typographie, désigne un petit poinçon qui permettait d'écrire sur des tablettes de cire.




Texte en vrac -> pour l'exercice 1

Le lien vers l'article du journal LeMonde -> pour l'exercice 2

Citations, notes et références, typographie

« Les caractères ne révèlent leurs secrets et partant, leurs beautés qu'à ceux qui les regardent attentivement.» Jérôme Peignot (écrivain)

Le saviez-vous?

Les Anciens annotaient déjà les textes: on trouve, dans les manuscrits, des commentaires et des notes philologiques (marginales ou interlinéaires) portant sur un passage précis et difficile du texte, qu'on les appelle scholies.



La typographie anglaise

La typographie espagnole

Téléchargez l'exercice

Téléchargez la correction


Modèle de document

MODÈLE: du latin populaire modellus variante du latin classique modulus, diminutif de modus («manière» ou «mode»), le mot «modèle» serait un emprunt à l’italien modello du XVIe siècle. Il est alors employé dans le sens d’une représentation miniature de ce qui sera construit en grand (au sens de «modèle-réduit» ou de «prototype»). Il prendra au cours des siècles suivants le sens d’«objet référent», puis d’«idéal à imiter». L’emploi technicoscientifique du terme daterait seulement des années 1950, mais on en trouve l’emploi chez Paul Valery (1894) dans son Introduction à la méthode de Léonard de Vinci.




Exercice
Un exemple de Modèle

Entrées de bibliographie et bases de données bibliographiques



Un peu d'histoire...

C'est le médecin grec Galien, en écrivant au IIe siècle le De libris propriis, qui donne la première expression de l'idée bibliographique qui équivaut à « liste d’œuvres ». Puis, par la suite, à partir du XVe siècle, les hommes instruits vont se préoccuper de rassembler les titres de livres nouvellement imprimés: le premier d'entre eux est un abbé du monastère des Bénédictins de Spannheim, en Prusse, Johann Tritheim, dont le Liber de scriptoribus ecclesiasticis paraît à Bâle en 1494.



Exercices
Corrections
IMP :: RSS :: HTML :: TXT :: Clone :: Historique :: Propriétaire : BaBel :: mentions légales